Rencontre de quartier novembre 2015

Rencontres de quartier du printemps 2018

La Rencontre de quartier c'est « l'assemblée générale du quartier », un lieu et un moment où les habitants, les professionnels du quartier et les élus font le point sur le quartier, échangent, partagent des idées, des ambitions, construisent ensemble des réponses aux besoins et attentes des populations.

Le calendrier

Le programme des Rencontres de quartier au printemps 2018

Quartier date Heure Lieu
Nantes Nord Mardi 10 avril 18h30-21h Maison de quartier La Mano
3 rue Eugène Thomas
Ile de Nantes Lundi 23 avril 18h-21h Maison de quartier de l'Ile
2 rue Conan Mériadec
Bellevue Chantenay Sainte-Anne Mardi 24 avril 18h30-21h30 Carrière Miséry
Quai Marquis d'Aiguillon
Centre-ville Mercredi 16 mai 18h-21h Théâtre Graslin
Place Graslin
Nantes Erdre Jeudi 17 mai 18h-21h Salle Bonnaire
1 rue de Koufra
Dervallières Zola Mardi 22 mai 18h-21h Théâtre de Belleville
19 rue de Belleville
Nantes Sud Mercredi 23 mai 18h-21h Maison des Confluences
4 place du Muguet Nantais
Hauts-Pavés Saint-Félix Jeudi 31 mai 18h-21h Centre Chorégraphique National
23 rue Noire
Malakoff Saint-Donatien Lundi 4 juin 18h-21h Hall de la Manufacture
10 bis boulevard Stalingrad
Doulon Bottière Jeudi 7 juin 18h-21h Maison de quartier La Bottière
147 route de Sainte-Luce
Breil Barberie Jeudi 14 juin 18h-21h Salle festive 38 Breil
38 rue du Breil

A chaque quartier sa Rencontre... Découvrez le détail en cliquant sur la carte !

 

Les dernières contributions

11 Contributeurs
13 Contributions
  • Partager
    Photo de catherine P
    catherine P

    Bonjour, je me permets de vous soumettre le point de vigilance suivant. En effet le double rond point du bd Schuman est très dangereux. Je frémis chaque jour car mes jeunes enfants ainsi que beaucoup d'autres, doivent traverser ce boulevard , où la vitesse des automobilistes est excessive. Il faudrait aussi être vigilant à l’éclairage public. Cordialement. 

     

     

     

     

    14/12/2017
  • Partager
    Photo de Patrick Chauveau
    Patrick Chauveau

    La fiscalité locale ne cesse d'augmenter : encore 10% de plus cette année pour la taxe d'habitation (commune et intercommunalité) alors que vous vous étiez engagée pendant votre campagne à ne pas augmenter la fiscalité locale. En 10 ans, nous frôlons les 1000 euros d'augmentation pour chacune des taxes locales ! Où s'arrêtera-t-on? Les services aux habitants ont-ils vraiment augmenté en proportion?

    20/11/2017
  • Partager
    Photo de Jean-marc Chobert
    Jean-marc Chobert

    Questions de l’Association "Pineau Chaillou, Environnement et Cadre de Vie" soumises à Madame la Maire de Nantes afin d’engager un dialogue constructif lors de la réunion de quartier Breil-Malville le 21 novembre 2017

     

    1. Les programmes immobiliers et leurs conséquences

    Des programmes immobiliers de plus en plus nombreux apparaissent dans notre quartier depuis plusieurs années.

    Conséquences sur le stationnement : notre Association avait alerté dès novembre 2014 sur les conséquences de la suppression du parking de l’ASPTT au profit de l’immeuble "Les Hauts de Ste Thérèse", rue Pineau Chaillou. Un taux de stationnement de 150 à 300% avait été mesuré, notamment Bd de Longchamp, rue Pineau Chaillou et rue Georges Lafont, par des comptages 6 fois par jour pendant 2 semaines. On constate aujourd’hui un stationnement anarchique des véhicules à cheval sur la chaussée et les trottoirs (sans marquage spécifique), rendant dangereuse la circulation des piétons, handicapés et poussettes, alors même que cet immeuble n’est pas encore livré et conduira à une nouvelle arrivée de véhicules sans place de stationnement, compte tenu du coefficient de 0,6 par appartement. Que comptez-vous faire pour rendre les trottoirs aux piétons ?

    Conséquences sur les réseaux d’eau souterrains : notre Association avait alerté sur le fait que notre quartier était jadis occupé par des cressonnières et que le sous-sol était constitué d’un maillage de schistes et micaschistes dans lequel les sources s’écoulaient. A chaque construction d’immeuble, nous assistons à une évacuation dans les égouts ou sur la voie publique des eaux souterraines, et ce pendant toute la durée des chantiers. Sans parler des conséquences sur les bâtis existants qui se fissurent et se lézardent avec la modification des sous-sols. L’eau étant une ressource à préserver, que comptez-vous faire pour y remédier ? Ne devrait-il pas y avoir une contribution des riverains lors de la phase d’instruction avant le dépôt d’un permis de construire ?

    Conséquences sur les réseaux d’évacuation des eaux usées : depuis plusieurs années, de très mauvaises odeurs sont constatées dans le quartier, aux abords des nouvelles constructions. Des maisons individuelles ayant été remplacées par des immeubles, les réseaux d’évacuation des eaux usées ont-ils été modifiés en conséquence ?

    En corollaire de cette densification, la municipalité a-t-elle prévu les infrastructures en matière de places de crèches, d’écoles, de commerce ?

    2. L’entretien

    Depuis plusieurs années, la municipalité a supprimé l’usage de désherbants chimiques et nous nous en félicitons. Cependant, la solution de remplacement qui consiste notamment à désherber à la main n’est pas mise en œuvre dans notre quartier.

    L’une des conséquences est l’envahissement des caniveaux et grilles d’évacuation des eaux de pluie par les végétaux, empêchant leur écoulement correct.

    Le manque d’entretien est également flagrant sur les trottoirs jonchés de détritus en tous genres, de fleurs des cerisiers au printemps, des feuilles à l’automne, sans que nous ne voyions jamais des agents d’entretien équipés de balais et de pelles. L’usage de balayeuse-laveuse dans des rues bordées de voitures en stationnement est totalement inefficace pour les caniveaux et encore plus pour les trottoirs. Que comptez-vous faire ?

     

    Christian OLIVIER, Président                                                                     Jean-Marc CHOBERT, Secrétaire

    christian.olivier16@wanadoo.fr                                                                              jeanmarc.chobert@gmail.com

    16/11/2017
  • Partager
    Photo de Jean-marie Bodet
    Jean-marie Bodet

    Lors de conversations avec mes voisins, je suis souvent étonné de leur méconnaissance des services qui leur sont offerts par les différentes collectivités publiques, à commencer par leur commune.

    Il y a quelques années, il a été question de mettre en place un réseau de "citoyens relais" au niveau des microquartiers. Ces citoyens étaient chargés de faire connaître à leurs voisins les services qu’ils pouvaient attendre de la commune, voire de la métropole, et de faire remonter les besoins du microquartier auprès des équipes communales concernées. Cette idée de citoyen relais est-elle abandonnée ? Si oui, pourquoi ?

    15/11/2017
  • Partager
    Photo de Jean-marie Bodet
    Jean-marie Bodet

    Les biodéchets (fraction fermentescible des ordures ménagères, déchets d’espaces verts) représentent sans doute 20 à 30 % du tonnage d’ordures ménagères produites par les habitants d’une ville comme Nantes. Actuellement la majeure partie de ces biodéchets est incinérée avec la fraction non recyclable et le reste en compostage de proximité. Le débat récent sur la transition énergétique aboutit à 2 recommandations :

    ·         massifier autant que possible le compostage de proximité,

    ·         mettre en place une filière industrielle de collecte et de traitements des biodéchets produisant soit uniquement des composts destinés aux cultures spécialisées (maraîchages, vignes, vergers), soit du méthane et un digestat organique pouvant remplacer une partie des engrais minéraux sur les grandes cultures ou les cultures spécialisées.

    La mise en place d’une telle filière suppose un tri à la source et une collecte séparée de la fraction biodéchets comme le font déjà certaines communes ou communautés de communes. Est-ce envisagé sur la métropole nantaise ? Si, oui, sous quel délai ? Sinon, pourquoi ?

    15/11/2017
  • Partager
    Photo de Maryvonne Dejeammes
    Maryvonne Dejeammes

    Stationnement très gènant sur trottoir. Nantes a donné le mauvais exemple en matérialisant du stationnement à cheval sur le trottoir. Souvent sans laisser un passage assez large aux piétons. La mauvaise habitude est prise par les aurtomobilistes même en l'absence de marquage. La marche sur chaussée est la deuxième cause d'accident pour les personnes âgées en ville (source Ifsttar-Inrets). Des campagnes de sensibilisation (135€ et -4 pts au permis) puis de répression sont nécessaires pour que la marche retrouve sa palce dans les déplacements et avec sécurité et confort.

    08/11/2017
  • Partager
    Photo de Maryvonne Dejeammes
    Maryvonne Dejeammes

    Quand le quartier passera-t-il largement en zone 30, hormis quelques axes de transit comme la route de Vannes ? Actuellement, quelques zones 30 existent mais sont ridiculement courtes, mal signalisées et mal aménagées (la rue Méliès est l'exemple même).

     

    08/11/2017
  • Actu

    Cette rencontre très fréquentée et à l'esprit indéniablement printanier tournait autour de trois thè …

    15/06/2017
    Retour sur la rencontre de quartier Breil Barberie
    Le jeudi 1er juin dernier, habitants, élus et professionnels du quartier Breil Barberie se retrouvaient sous chapiteau au Parc de la Gaudinière pour une rencontre riche en échanges.

    Cette rencontre très fréquentée et à l'esprit indéniablement printanier tournait autour de trois thèmes principaux : l'action culturelle de proximité, les évolutions urbaines et la vie de quartier.

    Retrouvez les principales questions abordées et quelques images de cette soirée en suivant ce lien.

    15/06/2017

Rencontre de quartier "regards croisés" de l'automne 2017

Du 3 octobre au 30 novembre, dans le cadre des Rencontres de quartier, Johanna Rolland, Maire de Nantes, et l’équipe municipale, ont invité les Nantaises et les Nantais à un point d’étape à mi-mandat dans chacun des 11 quartiers de Nantes. La Rencontre de quartier de Breil Barberie a eu lieu le mardi 21 novembre 2017.

En journée, 15 à 20 Nantais.es ont suivi le parcours qu’ils ont imaginé dans le quartier aux côtés de Johanna Rolland et de leurs élus de quartier afin de croiser les regards. Chacune des étapes a été l’occasion d’échanges et de découvertes. En soirée, la Rencontre de quartier, ouverte à toutes et tous, a permis de poursuivre les échanges. En présence de Johanna Rolland et des élus de quartier, le point d’étape mi-mandat et l’actualité du dialogue citoyen au sein du quartier ont été partagés avec les Nantais.es.

La carte du parcours Breil Barberie

Ce parcours a été élaboré par un groupe d'habitants et d'habitantes du quartier. Durant cette balade, ils ont pu échanger du quartier avec Johanna Rolland et l'adjointe quartier, Cécile Bir.

L’idée de ce parcours intitulé « Mieux vivre ensemble » est de proposer un autre regard sur ce territoire. Plusieurs enjeux sont abordés par les habitant.e.s à travers cette balade : valorisation et appropriation du patrimoine bâti, densification urbaine et cadre de vie, accessibilité et déplecements, espaces verts et mixité, tissu associatif et sécurité. Découvrez plus d'informations sur chaque étape de la balade et le compte-rendu de la Rencontre de quartier du soir en cliquant les info-bulles correspondantes sur la carte ci-dessous :

 

Voir en plein écran

Retour sur la Rencontre de quartier du 1er juin 2017

Rencontre de quartier Breil Barberie

Rencontre de quartier Breil Barberie : « Ensemble, tout devient plus facile »

Lundi 28 novembre, aux alentours de 18h30, les premiers habitants du quartier arrivent dans la salle festive du 38 Breil. Certains se saluent, discutent, profitent du verre d'accueil offert et se regroupent par affinités autour d'une des quatre tables disposées dans la salle, en attendant le lancement de la rencontre.

Séquence 1 : l'actualité du quartier

Bientôt près de 70 personnes sont rassemblées et la soirée débute, ouverte par les élus Cécile Bir, adjointe de quartier, et Bassem Asseh, adjoint au dialogue citoyen, accompagnés d'Aymeric Seassau et Benjamin Mauduit. Un moment de présentation aux mains levées permet de constater que la grande majorité des présents habite le quartier depuis plusieurs années, et qu'ils sont pour la plupart venus échanger sur l'actualité locale. Cette dernière fait justement l'objet de la première séquence de la rencontre : point d'étape de l'atelier Plan paysage et patrimoine, annonce de représentations théâtrales en 2017 au parc de la Gaudinière dans le cadre des « Scènes vagabondes » (l'occasion pour des habitants de rappeler leur regret du manque de perspectives pour le château de la Gaudinière), témoignage d'une habitante participant au groupe de travail sur les Journées européennes du patrimoine, projet d'aménagement de la rue Saint-Louis en « zone de rencontre » où cohabiteront paisiblement les différents modes de transports… L'actu du quartier est riche, mise en lumière tantôt par les techniciens ou élus de la Ville, tantôt par des habitants impliqués.

Ainsi Marie Bouguer, habitante et membre du comité d'animation du Bureau des projets, détaille-t-elle avec enthousiasme le fonctionnement de cette instance de soutien aux initiatives citoyennes locales, mentionnant quelques projets soutenus dans le quartier : boîte utile du square Washington, composteur collectif, concert solidaire de « musique à jouets »... Le projet de Boutique du partage, l'appel à projets Ma rue est un jardin, et les actions en faveur du cadre de vie sont également évoqués avant que les habitants présents dans la salle soient invités à faire part de leur propre actualité.

La première intervention est celle de riverains de la rue Pineau Chaillou,préoccupés de l'arrivée d'un projet immobilier, des impacts du chantier, des conséquences sur la circulation et la vie locale. Les échanges qui suivent sont animés et couvrent divers sujets locaux. Parmi ceux-ci, les questions épineuses de déchets verts et d'absence d'éco-point, qui trouveront réponse avec la mise en place d'un ramassage collectif des déchets verts en 2017 et l'installation d'un éco-point rue de la Patouillerie dans les 2 à 3 ans. La dernière intervention de la séquence évoque le succès du café associatif « Au p'tit bonheur » au Breil, puis les participants sont invités à profiter du buffet.

Photo_RQ7.jpg

Séquence 2 : débat transition énergétique

Vers 20h30, Julie Laernoes, conseillère municipale en charge de la transition énergétique, invite tout le monde à prendre place de nouveau autour des quatre tables et introduit la partie débat. En perspective de cette seconde séquence, un thème en lien avec la transition est attribué à chaque table : modes de vie, aménagement du territoire, accès à l'énergie et opportunité pour le développement économique. Pour lancer les discussions, une présentation de Terra 21 précède quelques témoignages qui mettent notamment en lumière un projet collectif de jardin partagé où « on échange, on jardine ensemble, et tout devient plus facile » et une plateforme de rénovation énergétique des copropriétés Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre. Dans une ambiance bon enfant, chaque groupe débat ensuite pour lister ses usages et trouver des solutions individuelles et collectives selon le thème qui lui est assigné. En fin de séance, les rapporteurs partagent avec la salle les nombreuses idées issues des groupes, de la réutilisation des eaux de pluie à l'usine participative à petits pots ! Il est alors 22h, la rencontre peut se terminer.

La contribution des participants constituera un cahier d'acteur versé au Grand Débat Transition Energétique. Ce cahier sera rangé dans la rubrique Ressources dès qu'il sera disponible.

Vous pouvez continuer l'échange ici même en cliquant sur le bouton "Contribuer" !

 

rencontrequartier-good734.jpg (Voeux de Johanna ROLLAND, aux habitants)