Loire au coeur

Les usages de la future place de la Petite-Hollande s'imaginent aujourd'hui !

Johanna Rolland, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole, ainsi que l'Agence TER qui conduit l'équipe de paysagistes et d'urbanistes en charge du projet, ont dévoilé en mars leurs intentions pour le projet "La Loire au coeur".

L’agence TER, lauréate, en 2018, du grand prix national de l’urbanisme, et désignée à l’issue d’une consultation internationale, puis d’un dialogue compétitif, pour mener le projet "Loire au cœur" intégrant le réaménagement de la place de la Petite-Hollande, propose, entre autres intentions, de "se réapproprier la Loire, de développer les accès à ses berges, d’en faciliter le franchissement, de développer la nature en ville et de repenser les usages de la place".

Une réflexion collective

"Nous allons prendre le temps de la réflexion, avec les riverains, les habitants et les acteurs du centre-ville" - Johanna Rolland

En octobre a commencé la concertation sur la transformation de la place de la Petite-Hollande. 30 citoyens, sélectionnés par questionnaire pour assurer une diversité de profils (parité femme/homme, âge, commune / quartier etc.), vont réfléchir lors de plusieurs temps de travail aux futurs usages de la place, ainsi qu’à l’articulation de cette future place aux autres quartiers et à la Loire. La concertation sur le projet se fait également par d'autres moyens, et notamment des contributions numériques.

Contributions numériques : élargir le point de vue

Avant chaque séance d’atelier, une question sera posée sur nantesco.fr/loireaucoeur afin que tous les Nantais souhaitant s’exprimer sur ce sujet puissent participer. Ces réponses, enrichissant le débat, seront ensuite analysées par les membres de l’atelier citoyen. Le résultat de cette démarche sera restituée à tous sous la forme d’un « avis citoyen » rédigé par l’atelier.

Le prochain appel à contribuer

Le premier appel à contribuer sur le sujet du "marché de 2030" est terminé. Les contributions seront analysées et discutées par les membres de l'atelier citoyen lors de la prochaine séance.

Le prochain appel à contribuer aura pour thème : "demain, une grande esplanade, quels usages pour 2030 ?".

Les dernières actualités du projet

7 Contributeurs
8 Contributions
  • Actu

    Quelques 250 commerçants ambulants, permanents et passagers, y installent chaque samedi matin leur é …

    11/12/2018
    Retour sur le second atelier citoyen « Loire au cœur - petite Hollande » du 24 novembre
    10h15, samedi 24 novembre. Les 26 membres de l’atelier citoyen constitué dans le cadre du grand projet de réaménagement « Loire au cœur-Petite-Hollande » s’en vont arpenter les pourtours et les allées du marché de la Petite-Hollande à l’occasion de leur seconde séance de travail. Une immersion "pour identifier, précise Charlotte Zuckmeyer, de l’agence Scopic, les premières pistes d’évolution" de cette institution commerciale nantaise. Une institution qui sera repensée dans le cadre du projet.

    Quelques 250 commerçants ambulants, permanents et passagers, y installent chaque samedi matin leur étal. Plusieurs milliers de chalands, venus de l’ensemble des quartiers nantais, y font leurs courses de produits alimentaires ou manufacturés. Le marché de la Petite-Hollande est le plus important marché de l’Ouest de la France, et le moins cher de Nantes.

    Impressions

    Lui le désertait, depuis quelques années. Il trouvait les "allées trop étriquées". Il l’a redécouvert, "plus aéré", à l’occasion de l’atelier citoyen auquel il participe. Elle, aime la partie des produits manufacturés. Tous s’accordent pour dire que c’est un marché plaisant, qu’il faut garder et valoriser la mixité sociale, d’âges, culturelle, et qu’il est essentiel de préserver la diversité et l’originalité de l’offre alimentaire, son ambiance de "bazar organisé".

    C’est l’agence Ter qui est chargée de repenser le marché dans le cadre du projet "Loire au cœur - Petite-Hollande", un marché qui restera toujours fidèle à lui-même. Et pendant la durée des travaux, les quelques 250 commerçants ambulants continueront de l’animer tous les samedis matins.

    "La place conservera son marché" a rappelé Johanna Rolland, la maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole. "Il doit garder sa vocation populaire, sa mixité et son rayonnement de plus grand marché du grand ouest." complète l’agence TER. "Le maintien du marché nécessite de conserver une surface minérale assez importante. Il ne pourrait pas s’installer sur une surface meuble, végétale" précisait l’urbaniste Karima Agha, le samedi 24 novembre, lors du 2e atelier citoyen.

    La logistique du marché repensée

    L’accès des véhicules pour les livraisons, le recyclage des déchets, déjà soumis depuis le printemps 2018, au tri sélectif, la logistique, les stationnements des camions des commerçants font partie intégrante des réflexions à mener. En novembre dernier, s’est tenue une première réunion de concertation avec les représentants des commerçants ambulants du marché et ceux installés en pied d’immeubles sur le pourtour de la place. Pendant la durée des travaux, le marché, déplacé de quelques centaines de mètres, se tiendra normalement tous les samedis matins.

    Demain, en 2030, quel pourrait être le visage du marché de la Petite-Hollande  ?

    Quel serait le marché de la Petite-Hollande idéal de demain ? C’est la question qui était posée, ce samedi 24 novembre, aux membres de l’atelier citoyen. "Il faut trouver de nouvelles solutions pour arriver, se rendre au marché.", "Tu fais ton marché mais tu ne transportes plus tes produits.", "Il faut penser à installer des systèmes de récupération d’eau.", "On ne veut pas de grands projets à la Mitterrand ou à la Jean Nouvel.", "Il faut aménager des points de rencontres pour se poser, avec les enfants notamment. Proposer des ateliers pour cuisiner les produits que l’on vient d’acheter.", "Le marché doit être en contact avec la Loire."… sont quelques-unes des propositions glanées au fil des discussions menées par les 26 membres de l’atelier citoyen.

    Marché sous contraintes fictives

    Imaginant un marché à horizon 2030, les participants devaient prendre en compte dans leurs réflexions, des contraintes potentielles issues de scénarios futuristes. Exemples : une obligation "zéro déchets" imposée par l’État, la montée des eaux, l'utilisation quasi exclusive de la trottinette pour se rendre au marché etc. Ils se sont ainsi interrogés sur la résilience de leur marché idéal (c’est-à-dire sa capacité à s’adapter aux incertitudes de notre futur).

    La "halle gourmande" en question

    La possible construction, à l’emplacement de l’actuel square Daviais, d’une "halle gourmande" surmontée d’un belvédère, accessible au public, permettant de voir la Loire, figure dans le projet originel de réaménagement de la place de la Petite-Hollande présenté par l’agence TER. Les membres de l’atelier s’interrogent sur sa vocation et sa programmation. Mais qu’abritera-t-elle si elle est construite ? A-t-elle vocation à devenir tout ou partie un marché couvert ? "L'éventuelle installation d’étals de restauration ne fera-t-elle pas double emploi avec l’offre et les marchés existants ?" se sont notamment interrogés certains membres de l’atelier citoyen. "Au vu de la surface, des activités culturelles, associatives ne pourraient y trouver leur place ?" ont avancé d’autres participants. D’autres encore ont évoqué une halle dont l’architecture doit être ouverte sur l’extérieur.

    Ces premières réflexions ont vocation à se poursuivre dans les futurs ateliers. L’Avis finalisé des membres de l’Atelier sera formalisé au printemps 2019 et transmis aux élus, pour aider aux prises de décision concernant le futur de la place.

    Prochain atelier citoyen : le 2 février 2019

    11/12/2018
  • Partager
    Photo de Yann Joubaud
    Yann Joubaud

    Certains commerces de ce secteur vivaient grace au stationnement du parking de l'ile gloriette qui va disparaitre.Est il prévu un mécanisme d'aide pour favoriser leurs déménagements en périphérie ? 

    13/11/2018
  • Partager
    Photo de Axel Brochard
    Axel Brochard

    Madame, Monsieur,

    J’habite à côté du marché de la petite Hollande, j'y vais faire mes courses, uniquement alimentaire, tous les samedis avec grand plaisir.

    1) Voici les points d'améliorations consensuels (d’après moi):

    * Installer un distributeur de billets

    * Trouver une solution pour les sacs et surtout les caisses en polystyrène des poissonniers, par jour de grand vent la place et le square Daviais sont une poubelle (même après le passage des équipes de nettoyage)

    * Prévoir l’installation de caméras (il règne un sentiment d'insécurité sur ce marché)

    * Installer plus de poubelles (lorsqu’un commerçant offre un abricot, il est difficile de trouver une poubelle pour y jeter le noyau)

    * Un peu moins de stands afin d’avoir des allées plus larges : actuellement avec une poussette il est difficile de circuler

    2) Voici les points d'améliorations que je souhaite :

    * Supprimer les stands vêtements, coque de téléphone, tapis et les remplacer par des stands liés à l’alimentation/boisson

    * Un peu moins de stands afin d’avoir des allées plus larges : actuellement avec une poussette il est difficile de circuler

    Cordialement

    A.B.

    07/11/2018
  • Partager
    Photo de Olivier Stephan
    Olivier Stephan

    Madame, Monsieur,

    Le marché de la Petite Hollande est un espace de vie inscrit dans l'ADN de Nantes. Le challenge de ce projet est donc de maintenir cette activité tout en redonnant une place au geste architectural.

    Une piste pourrait être de "remettre" la Loire/l'eau au coeur de cet espace en jouant sur la transparence hydraulique. Les solutions techniques existent et notamment celles des industriels de la filière béton (cf. lien vers la vidéo) : ces solutions permettent de s'adapter aux espaces tout en restant pertienentes d'un point de vue entretien et coût global. 

    Par ailleurs, de la difficulté de gérer la contrainte du tunnel ferroviaire souterrain, il pourrait être trouvé un axe d'innovation et de différenciation. Ainsi, décaissé une partie de ce tunnel en le végétalisant, par exemple, pourrait permettre de structurer l'espace. 

    En espérant pouvoir échnager plus précisément sur ce projet et les réponses possibles.

    Cordialement,

    Olivier STEPHAN
    olivier.stephan@unicem.fr 

    06/11/2018
  • Partager
    Photo de Dominique Behar
    Dominique Behar

    Pour des lieux favorisant des éco-événements

     

    Madame, Monsieur

    Les futurs espaces que nous co-construisons seront plus piétons, plus accessibles et plus adaptés aux enjeux de la transition écologique.

    Très probablement ils acceuilleront des événements, qui contribueront au bien-être des habitants, au vivre ensemble et à l'attractivité du territoire.

    L'exemple de la construction du miroir d'eau est un exemple interessant, qui aujourd'hui fédère les habitants. Malheureusement, Il n' a pas vraiment été concu dans l'idée d'accueillir des événements : pas de possibilité de se connecter au réseau éléctrique, pas de zone sécurisée de collecte de déchets, pas de toilettes, point d'eau ....

    Nous vous invitons donc à prendre en compte à la conception les fonctionnalités suivantes

    1- Imaginer plusieurs schémas d'usages événementiels des nouveaux lieux

    2- Pouvoir en tout lieu se connecter au réseau electrique par cables

    3- Avoir des zone sécurisées pour la collecte de déchets  par les services de la ville. Y compris les bio dechet

    4- Prévoir parking à vélo

    5- Préparer des zones ombragées / naturelles

    6- Prévoir des bancs et places assises

    7 - Favoriser l'accès de véhicules techniques

    8 - Prévoir la possibilité d'installer des structures de type chapiteau / barnums temporaires voire définitifs (ex les nefs, jardins des fonderies

    9 Anticiper les risques de pollutions de la Loire ou les impacts sur la biodiversité en cas d'affluence

    10 ...

    Contribution proposée par le réseau eco événement (REEVE)

    28/10/2018
  • Partager
    Photo de Yvan Moreau
    Yvan Moreau

    Bonjour,

    Chaque samedi, une fois le marché terminé, une brigade de nettoyeurs s'affaire sur le tarmac de la petite hollande. J'ai beaucoup d'estime pour eux, ils font un travail remarquable. Seulement, ce n'est plus tenable, on ne peut plus autoriser des commerçants à venir salir notre centre ville. Ils semblent totalement déresponsabilisés. Ce n'est pas à la ville de tout nettoyer, ni au contribuable de payer cette prestation. Ils arrivent sur une place propre, ils repartent en laissant la place propre. Aux abords de la piscine Léo Lagrange, de la passerelle Schoelcher puis du quai de la fosse des sacs plastiques ainsi que des papiers souillent l'espace public. Et quand le vent s'en mèle, c'est à la Loire d'ingérer tous ces déchets ... GREEN CAPITALE ???

    C'est un emplacement fantastique pour un marché, oui mais avec des commerçants éco-responsables, sensibles à l'environnement. Cette place n'est pas une déchetterie !

    27/10/2018
  • Partager
    Photo de Claude Francheteau
    Claude Francheteau
    1.  
    2. Nous voulons plus de grands et vieux arbres en ville, plus de plantes, de fleurs, plus d’espace, de paix, plus d’habitants satisfaits, plus de marchands, plus de beaux et bons produits. Nous voulons y circuler et nous déplacer gratuitement, librement et facilement à pied, en voiture en tram , bus, moto vélo, fauteuil roulant, skate…Nous voulons y stationner gratuitement. Nous, commerçants, artisans, usagers voulons y travailler paisiblement.Nous ne voulons plus d’argent public gaspillé  au vu des sommes déjà engagées ( au moins depuis 2013)

     

    1. Nous voulons améliorer et préserver cet espace et son histoire. Carrier n’a plus besoin de voir couler les barques depuis son balcon. Le nom de Jean-Baptiste Daviais et le square qui lui a été dédié doivent demeurer au titre du devoir de mémoire de cet homme dont la vie fut exemplaire.

    1. Si ces idées vous plaisent partagez les. Merci
    2. Claude Francheteau
    3.  
    26/10/2018
  • Partager
    Photo de Claude Francheteau
    Claude Francheteau

    Bonjour,

    lors de la réunion publique du 10 septembre dernier, Johanna Rolland ( maire de la ville ) et son équipe, a présenté le projet de réforme de la place de la petite Hollande - Gloriette.

    Bien sûr, les "nantais" ( 30 !) seront consultés mais pas sur la pertinence de cette réforme.

    Ces trente représentants nous seront-ils présentés ?

    L’idée étant de "réintroduire la nature dans la ville", je ne comprends pas la nécessité que les grands et vieux arbres soient coupés, du square Daviais à la Loire, pour parvenir à une réussite végétalisée green/vert vegan bio "urban jungle" telle les places Graslin et royale, citées en exemple par l’adjoint à l’urbanisme....

    La con-construction éco-citoyenne démocratique partagée ensemble travaillera sur le long terme en préservant bien sûr le marché mais pas à cet endroit ( le temps des travaux dont on ignore ni la durée ni le coût). Je suppose que le marché du samedi sera sûrement déplacé sous les nefs des chantiers de l’atlantique (la place de la Bourse rendant impossible par sa surface le transfert de la plus que  centaine de marchands)   le temps des travaux dont on ignore ni la durée ni le coût. Puisqu’on nous assure qu’il sera maintenu à l’identique place de la petite Hollande - Gloriette, ça veut donc dire qu’on pourra toujours y stationner les camions des marchands, donc y stationner…alors que changer si ce n'est pour rien changer et  faire payer les nantais ( -30) ?

    Un des commerçants du quartier a évoqué l'idée d'un pont ( passerelle dans le prolongement de la passerelle Schoelcher désservant piétons cyclistes...) ) qui passerait par dessus les voies de circulation automobiles, les rendant ainsi beaucoup plus fluides.

    Le Square Daviais porte le nom d'un résistant qui s'est battu pour la liberté, nous devons être fidèles à cet exemple et ne serait-ce que pour ça , le préserver.

    Si ces idées vous plaisent partagez les. Merci.

     

    Claude Francheteau

    06 75 60 92 36

     

    24/10/2018
  • Actu

    Contributions numériques : élargir le point de vue Avant chaque séance d’atelier, une question  …

    22/10/2018
    Place de la Petite-Hollande : racontez votre expérience du marché
    La place de la Petite-Hollande va être transformée à l’horizon 2030 par le projet « Loire au coeur – Petite Hollande ». 30 citoyens, sélectionnés pour assurer une diversité de profils (parité femme/homme, âge, commune / quartier etc.), vont réfléchir lors de plusieurs temps de travail aux futurs usages de la place, ainsi qu’à l’articulation de cette future place aux autres quartiers et à la Loire.

    Contributions numériques : élargir le point de vue

    Avant chaque séance d’atelier, une question sera posée sur nantesco.fr/loireaucoeur afin que tous les Nantais souhaitant s’exprimer sur ce sujet puissent participer. Ces réponses, enrichissant le débat, seront ensuite analysées et portées à la connaissance des membres de l’atelier citoyen. Le résultat de cette démarche sera restituée à tous sous la forme d’un "avis citoyen" rédigé par l’atelier.

    Premier appel à contribuer : racontez votre expérience du marché

    Racontez-nous votre expérience du marché de la Petite-Hollande. Qu’est-ce qui en fait un marché particulier à vos yeux ? Connaissez-vous d’autres marchés qui vous ont marqué(e) ? Quels serait votre marché idéal de demain ? Qu’est-ce qu’on viendrait y acheter et que pourrait-on y faire d’autre ?

    Pour apporter votre point de vue, rendez-vous sur www.nantesco.fr/loireaucoeur et cliquez sur "participer" après avoir créé un compte. Vous pouvez apporter votre contribution sur cette question jusqu’au 14 novembre. Seules les réponses liées au sujet seront traitées par l’atelier citoyen.
    D’autres appels à contribution seront ouverts pour recueillir votre point de vue sur des sujets comme la traversée de la place, les nouveaux usages de la place...

    22/10/2018
  • Actu

    15 femmes et 15 hommes Ils sont 30, femmes et hommes à parité, âgés d’une vingtaine d’années à près  …

    22/10/2018
    Place de la Petite-Hollande : retour sur le premier atelier
    Rendez-vous était pris, le vendredi 12 octobre dernier, à la maison de la mer, quai de la Fosse, pour qu’élus référents du projet, Catherine Choquet, adjointe au maire de Nantes, en charge du centre-ville, Bassem Asseh, adjoint en charge du dialogue citoyen, Alain Robert, vice-président de Nantes métropole en charge des grands projets urbains, Henri Bava, de l’agence TER et les membres de l’atelier citoyen constitué fassent connaissance, sous la direction de Charlotte Zuckmeyer, de l’agence Scopic, animatrice de la concertation citoyenne.

    15 femmes et 15 hommes

    Ils sont 30, femmes et hommes à parité, âgés d’une vingtaine d’années à près de 80 ans. Ils sont, ou ont été, ingénieur dans les drones ou la géothermie, commercial, enseignante, artiste, étudiant, informaticienne… Ils sont riverains de la place, habitent dans le centre-ville, dans les quartiers nord, à Carquefou ou à Couëron… Ils sont nantais d’adoption ou d’origine, ont grandi quai de la Fosse, sont allés à l’école rue de l’Héronnière… Les uns sont des inconditionnels du marché du samedi matin, les autres n’y font que stationner leur voiture. Ils ont en commun de se passionner pour l’évolution urbaine de Nantes en général et ont particulièrement envie d’apporter leurs pierres à la construction de la future place de la Petite-Hollande, disent et redisent une place "pour tout le monde".

    Retrouvez un zoom sur les membres de l'atelier en cliquant ici

    L’atelier pose ses premières pierres

    Visite de terrain, samedi matin, le jour de marché, pour les 30 membres de l’atelier citoyen, en présence de l’agence TER, de l’agence Scopic, et des chargés du projet Petite-Hollande à Nantes métropole. Quatre étapes et points de vue commentés au programme de la balade.

    Ils ont accédé aux terrasses de la médiathèque pour embrasser d’un seul regard et appréhender "le vaste espace", 8 hectares, à réinventer. Il leur fut rappelé les aménagement successives à l’emplacement actuel du Square Daviais, à la "proue" de l’île Feydeau, seules parcelles potentiellement constructibles du périmètre. À hauteur d’une des bouches d’aération du tunnel ferroviaire, aux abords de l’hôtel Deurbroucq, construit au 18e siècle, aujourd’hui siège du tribunal administratif de Nantes, ils ont pleinement ressenti l’omniprésence de l’automobile. Puis, sur les quais de la rive gauche, séparés de la Petite-Hollande par le bras de la Madeleine, ils ont perçu la quiétude de l’esplanade piétonne et cycliste du tribunal de grande instance.

    Téléchargez en cliquant ici l'histoire de la place Petite-Hollande racontée par la Direction du patrimoine de la Ville de Nantes.

    Des doutes aux coups de cœur

    Debriefing l’après-midi, par groupes de 6, de la promenade de travail matinale avec, comme fils conducteurs des discussions, les questions suivantes : quels sont, selon vous, les marqueurs de l’histoire à ne pas oublier, les anecdotes donnant son identité à la place ? Quels sont vos ressentis collectifs sur les différents lieux, leurs atouts et faiblesses ? Avez-vous des interrogations, des doutes et des coups de cœur sur les intentions d’aménagements ? Et quels sont vos premières envies d’activités ou de programmation ?

    Prochain atelier citoyen : le 24 novembre. En attendant, il sera proposé à toute personne intéressée de contribuer en ligne à la démarche, à partir de la semaine prochaine, sur la page nantesco.fr/loireaucoeur.

    22/10/2018
  • Actu

    Les premières intentions d’aménagements de l’agence TER Une chose est sûre et ne souffre d’aucune co …

    19/10/2018
    Place de la Petite-Hollande : 30 citoyens pour collaborer avec les paysagistes et les urbanistes
    Le projet « Loire au cœur - Petite-Hollande », va redessiner, à l’horizon 2030, le paysage urbain de la rive droite de la Loire, du canal Saint-Félix au Bas-Chantenay.

    Les premières intentions d’aménagements de l’agence TER

    Une chose est sûre et ne souffre d’aucune contestation, les élus métropolitains en ont pris l’engagement, le marché de la Petite-Hollande, le samedi matin, est maintenu. L’agence TER, lauréate, en 2018, du grand prix national de l’urbanisme, et désignée à l’issue d’une consultation internationale, puis d’un dialogue compétitif, pour mener le projet "Loire au cœur" intégrant le réaménagement de la place de la Petite-Hollande, propose, entre autres intentions, de "se réapproprier la Loire, de développer les accès à ses berges, d’en faciliter le franchissement, de développer la nature en ville et de repenser les usages de la place".

    Regroupant paysagistes, urbanistes, architectes, ingénieurs, TER a notamment émis l’idée de construire, en lieu et place du square Daviais, une "halle gourmande" surmontée d’un belvédère, accessible au public, permettant de voir la Loire. Les terrasses de la médiathèque et le toit de la piscine Gloriette pourraient également devenir des points de vue sur le fleuve. Une partie de la place pourrait avoir une vocation de parc, ouvert par une plage sur la Loire, aménagé de jardins, et équipé de grandes tables de pique-nique et d’aires de jeux. La création d’un parking souterrain remplaçant le stationnement aérien est étudiée. "Ce ne sont que des intentions. Nous avons donné l’impulsion" indique Henri Bava de l’agence TER. Le "dialogue constructif" avec l’ensemble des usagers, des riverains, des acteurs et des habitants permettra de construire collectivement le projet définitif.

    Cliquez ici pour télécharger le dossier de presse

    Réflexions collectives

    Le 10 septembre dernier, Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes métropole, accompagnée d’Henri Bava, de l’agence de paysagistes et d’urbanistes TER, détaillaient, lors d’une réunion publique rassemblant quelque 200 personnes, les grandes intentions du projet "Loire au cœur - Petite-Hollande".

    "Nous allons prendre le temps de la réflexion, avec les riverains, les habitants et les acteurs du centre-ville" indiquait Johanna Rolland. Un appel à candidatures pour la constitution d’un atelier citoyen de 30 personnes, était lancé. Son objectif : accompagner, jusqu’en juin 2019, les urbanistes et les paysagistes de TER, pour concevoir les nouveaux usages de cette emblématique place nantaise.

    Cliquez ici pour télécharger le mandat de participation

    Retrouvez les actualités et ressources du projet sur la page dédiée : nantesco.fr/loireaucoeur

    19/10/2018
  • Partager
    Photo de Annick Armange
    Annick Armange

    Bonjour

    J'habite Couëron et j'utilise le TER pour venir dans le centre-ville. Le projet de réaménagement de la Petite Hollande est excitant. Avant de tout défoncer et reconfigurer la place, serait-il possible d'imaginer un arrêt TER sous l'arrêt Tram Médiathèque (type station de métro) afin d'accéder immédiatement au centre-ville et ne pas engorger la gare de Nantes ainsi que le Tram pour y accéder ? Un jour il y aura un arrêt TER à Médiathèque : pourquoi dans ces conditions ne pas envisager dès maintenant cette possibilité, aujourd'hui simple, et faire bénéficier tous les voyageurs (étudiants, travailleurs, visiteurs) en provenance du Croisic jusqu'à Chantenay au centre de Nantes sans être contraint demain, de détruire ce que vous envisagez de réaliser aujourd'hui ?

    Gilles Armange

     

    16/10/2018
  • Actu

    Johanna Rolland, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole, ainsi que l'Agence TER qui condu …

    27/08/2018
    Les usages de la future place de la Petite-Hollande s'imaginent aujourd'hui
    Imaginez avec nous les usages de la future place de la Petite-Hollande !

    Johanna Rolland, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole, ainsi que l'Agence TER qui conduit l'équipe de paysagistes et d'urbanistes en charge du projet, ont dévoilé en mars leurs intentions pour le projet "La Loire au coeur".

    En octobre commencera la concertation sur la transformation de la place de la Petite-Hollande. 30 citoyens pourront notamment participer toute l'année à des ateliers participatifs qui contribueront, en collaboration avec les acteurs du projet, à imaginer les usages de la Petite-Hollande de demain.

    Candidater pour intégrer l'Atelier Citoyen

    Le projet de transformation de la Place de la Petite-Hollande vous concerne ou vous intéresse ? L’Atelier est accessible à toutes et tous. Vous pouvez candidater jusqu'au 16 septembre. 30 personnes seront sélectionnées sur la base de différents critères (parité femme/homme, âge, commune / quartier etc.) permettant d'assurer une diversité de profils.

    Plus d'informations et candidater : https://www.nantesco.fr/loireaucoeur

    Une réunion publique le 10 septembre pour découvrir le projet

    Pour découvrir le projet, vous pouvez aussi participer à la réunion publique de présentation du projet le 10 septembre 2018 à 18h30, au Centre des expositions de Nantes Métropole.

    27/08/2018
La Loire au coeur

Le calendrier

Lundi 10 septembre 2018
Réunion publique de lancement

Septembre 2018
Recrutement des membres de l'atelier

Octobre 2018
Première séance de l'atelier

Octobre - novembre 2018
Contribution numérique "le marché de 2030"

Novembre 2018
Deuxième séance de l'atelier

Décembre 2018 - janvier 2019
Contribution numérique "demain, une grande esplanade, quels usages pour 2030 ?"

Février 2019
Troisième séance de l'atelier

Février - mars 2019
Contribution numérique : "vivre l'espace en toute sérénité"

Mars 2019
Quatrième séance de l'atelier

Mai 2019
Cinquième séance de l'atelier

Juin 2019
Remise de l'avis citoyen

Septembre 2019
Réunion plénière